Accueil > Archives > LE FESTIVAL 2013 > Présentation de l’éditions 2013

Présentation de l’éditions 2013

Décloisonnons !

mardi 17 septembre 2013

Théorie de la catharsis d’Aristote, art thérapie, mise en scène de
la médecine dans les pièces de théâtre (Molière et d’autres),
opérateurs et charlatans du théâtre de foire du XVIIIème siècle,
scène comme lieu psychique et espace mental, dramaturges
médecins (Tchékov etc.), hommes-médecine indiens et chamans
de tous continents, à la fois acteurs, metteurs en scène et
soignants... La liste est longue des relations quasi congénitales
qui lient théâtre et médecine, même si ce lien s’est distendu avec
l’avènement d’une médecine plus technicienne, et malheureusement
en proie aux affres de l’idolâtrie de la rentabilité à tout prix. Ce n’est
donc pas un hasard si aujourd’hui, gens de théâtre et de médecine
recherchent si éperdument à se relier à nouveau, tant au travers
des auteurs exerçant également la profession de médecin, que par
des collaborations entre les praticiens du théâtre et les équipes
soignantes dans leurs efforts pour améliorer les relations aux
patients, et retrouver peut-être dans ce compagnonnage, une
médecine plus humaniste.

Après le Chantier Auteurs en Acte 2012, c’est donc également
autour de ce thème que s’articulera, pour sa 18ème édition, le
festival AUTEURS EN ACTE 2013 à travers des spectacles, et
notamment la création d’un texte inédit, des mises en espace, un
débat et des rencontres avec des auteurs.

Consacrer notre festival à ce croisement, c’est aussi une invitation
au spectateur, même s’il n’est ni dans le monde de la médecine,
ni dans celui du théâtre, à procéder lui aussi à ses propres réflexions,
dans son propre “théâtre mental”, avec l’espoir que s’ouvrent à lui des
pistes nouvelles sur son propre champ d’activité ou de pensée.

C’est pourquoi nous adressons cette programmation à tous les
curieux, quelles que soient leur discipline, leur métier ou leurs passions.
En effet, nous vivons dans un monde régi par les spécialistes et les
experts (de l’urbanisme, de l’économie, de la politique, de la sécurité,
etc.). On oublie trop souvent qu’ils sont aussi les représentants
d’une classe, d’une profession et de ses intérêts particuliers, et
que loin de travailler à partir de postulats neutres, leurs pratiques
découlent au contraire d’une idéologie qui ne s’avoue pas, et qui
prend très facilement le visage de la NORME en remplacement de
la LOI pour imposer ses diktats et ses évaluations. Dès lors, il nous
a semblé utile, en manière de résistance, de témoigner du dialogue
fécond qui peut exister dans l’interdisciplinarité des métiers.

Un exemple de cette interdisciplinarité est la création pour le
festival 2013, de Trilogie hospitalière. Cette pièce s’inspire de
l’expérience d’une étroite collaboration que la compagnie Sourous
développe avec le service de diabétologie de l’Hôpital parisien de
la Pitié Salpêtrière, par la mise en place d’ateliers du Théâtre du
Vécu, démarche inventée par le Professeur en médecine
JP. Assal et le metteur en scène M. Malavia, pour aider les
malades à exprimer leur vécu. Nous aurons aussi l’occasion
d’entendre et de voir diverses formes théâtrales qui font écho à
cette recherche qui anime la scène actuelle et qui permet le
“DECLOISONNEMENT”, dans lequel nous voyons une piste
prometteuse pour reconquérir la vitalité tant du théâtre que
d’autres champs de l’activité sociale et artistique.

Le “décloisonnement” suppose la nuance, le regard sans a priori
sur la spécificité de l’autre, et sur ce qui, dans sa discipline, nous
pousse à un regard neuf sur la nôtre. Elle suppose également un
fond humain commun, qui fait dire, au-delà de la spécificité de nos
métiers et de nos savoir-faire : “nous avons besoin de votre expérience”.

Un besoin vital, qui nous semble seul à même de créer une résistance
efficace à la confiscation, par les seuls professionnels, de pans
entiers de notre vie.

Marcos Malavia & Muriel Roland