Accueil > Archives > Auteurs en Acte 2014 (edition en chantier) > Présentation de l’édition 2014

Présentation de l’édition 2014

EDITION EN CHANTIER

lundi 10 novembre 2014

Auteurs en Acte depuis l’édition 2012, proposera chaque année PAIRE, une formule du festival EN CHANTIER, sur un week-end prolongé (3jours) qui sera une « mise en bouche » du thème de l’édition de l’année suivante. Pour les chantier 2014 nous avons choisis comme thème :

(Ré)-écrire la Ville

« Et à l’aurore, armés d’une ardente patience,
nous entrerons aux splendides villes »
.

Arthur Rimbaud

Pour 2014, année des Chantiers Auteurs en Acte, nous poserons notre regard sur les écritures de la ville, là où se croisent les inquiétudes d’un quotidien tantôt immédiat, tantôt magique, radiographie de l’âme urbaine faisant familièrement écho à notre propre âme.
Faisant suite au décloisonnement des disciplines en 2013, nous souhaitons entendre et faire entendre les paroles de ceux qui sont enfermés ou séparés par le cloisonnement social Entendre le concert des voix anonymes de nos villes réduites au silence assourdissant par le bâillon des mots désincarnés de la grande programmatique des métropoles et des idées toute faites. L’entendre dans le théâtre, lieu du récit incarné des singularités, des quartiers, des destinées ignorées.

Toutes les mythologies nous parlent d’un jardin originel que l’homme s’est empressé de quitter pour créer son œuvre majeure, la ville, profondément associée à l’invention de l’humanité. Lieu de l’absurde, du chaos, Babylone de tous les dangers et en premier lieu de la régression à la barbarie de la « jungle urbaine », mais aussi haut lieu de la créativité, du métissage, de l’invention du savoir-vivre ensemble dans l’altérité, si bien nommé Urbanité. Chantier humain tout à la fois exaltant et douloureux, inclusif et exclusif, la ville est inépuisable dans ses maux, comme dans ses mots, dans le florilège de questions poétiques qu’elle soulève et que le théâtre n’a de cesse d’interroger, ici comme ailleurs.

C’est à cela que s’emploie Gustave Akakpo, pointant sa plume, comme un reporter pointe le microphone de son enregistreur, récupérant des bribes de pensées et de dialogues, traçant le tableau vivant de la réalité d’une cité où il a séjourné pour écrire ses Micro Fictions. Quant à elle, Marie-Do Fréval promène dans la ville son personnage inspirée d’une vieille dame de 98 ans, paradant comme une déesse. Elle perd un peu la mémoire, vivant comme dans un rêve, elle chante. Elle est sortie en cachette et va à la rencontre des passants, dans une promenade urbaine, occasion de réunir jeunes et vieux pour s’interroger sur la mémoire et la transmission. Muriel Roland met en scène des habitantes auxquelles se mêlent des acteurs de métier, restituant cette mémoire vivante et fragile de Jeanine, retraçant sa vie d’amour et d’engagement, dans un spectacle musical cherchant à inventer ensemble un futur dans l’Ici de Bagneux. C’est ainsi que ces quatre auteurs nous permettront d’interroger, sous différents angles, nos rapports paradoxaux à la ville et à ceux qui l’habitent avec leurs fictions et leur rêves.

Les quatre chantiers, avec la générosité que peut offrir une peinture fraîche non encore endurcie, occuperont le plateau dans une sorte de coup d’essai, qui nous permettra par ces quatre journées des Chantiers Auteurs en Acte, de préparer les matériaux de création qui viendront à constituer en 2015, la colonne vertébrale de la 19ème édition du Festival Auteurs en Acte.

Marcos Malavia & Muriel Roland
Directeurs de la Compagnie SourouS.