Accueil > Archives > LE FESTIVAL 2008 > Présentation de l’édition 2008

Présentation de l’édition 2008

68-2008 ÉCRITURES EN HÉRITAGE, GATTI, ARRABAL, JODOROWSKY...

mardi 12 mars 2013

Loin de nous l’idée de nous épancher dans une commémoration de plus. Non, l’édition 2008 s’inscrit plutôt dans le questionnement suivant : y-a-t-il eu un théâtre légué par les évènements et l’esprit de 68 ? Et si oui, qu’en reste-t-il ? En bâtissant la programmation, il nous est apparu que notre théâtre d’aujourd’hui s’était bien assagi, à l’image des grands « repentis » de 68, dont les multiples célébrations ont loué avec pléthore tous les renoncements, en première ligne du front médiatique.

Ce que nous proposons, c’est d’aller à la rencontre d’un héritage silencieux ; celui de ceux qui sont restés fidèles,dans leurs pratiques artistiques, à ce grand rêve qu’a porté 68 d’en finir avec la société de consommation techno-industrielle et de replacer au centre l’homme et sa créativité sociale. Cest à la rencontre avec ceux là, ceux qui ont détourné les yeux des appels scintillants de la société libérale, que nous vous convions pour notre édition 2008. Ceux qui sont restés dans le foisonnement d’une recherche esthétique jamais achevée, ceux qui préfèrent les maladresses aux ronrons-flonflons d’un théâtre « bien propre sur lui » qui ne fait que tendre un mirroir flatteur à la « société cultivée » qui vient s’y contempler ; Bref une rencontre avec ceux qui pratiquent un théâtre où « il se passe encore quelque chose ».

Nous avons cité : Armand Gatti, Alexandro Jodorowski, Fernando Arrabal... Trois auteurs qui en plein moi de mai 68 agitent les scènes à leur singulière manière ; Et ceux qui aujourd’hui nous paraissent emprunter des cheminements parallèles : Lazare, Nicolas Bonneau, Jeanne Poitevin...

Ce sont les écritures de ces guetteurs des révolutions de l’âme que notre festival veut offrir à la rencontreau travers de 21 rendez-vous, afin que résonne cet héritage silencieux dont les commémorations n’ont pas laissé entendre la musique. Peut être parce que ces voixsont celles que l’on n’a pas pu contrôler... ?

Marcos Malavia & Muriel Roland, Directeurs de la Compagnie SourouS.